Acheter

Louer

Viager

Référence

Astuce : Pour recommencer, cliquez sur le bouton ci-dessus, puis cliquez sur la carte pour dessiner votre secteur personnalisé.
  1. IMMO CONSEIL
  2. > Nos actualités immobilières
  3. >Période de déconfinement : la confiance en l’immobilier

Période de déconfinement : la confiance en l’immobilier

Publié le

Avec la période de confinement, les critères des futurs acquéreurs à la recherche d’un bien immobilier ont évolués : ils ont des envies de verdure et d’espace. Les candidats à l’achat s’orientent désormais vers une maison avec un extérieur, un appartement avec terrasse ou recherchent une pièce supplémentaire.

Cette tendance se traduit d'ailleurs directement dans les recherches de biens immobiliers : on constate une hausse du nombre de requêtes d'acquéreurs ou de candidats locataires cochant, dans leurs critères, la présence d'un espace extérieur, terrasse ou jardin. Cependant, cet appel de la nature ne va pas forcément se traduire par un exode urbain massif. Est-ce que cette crise va changer durablement les mentalités ? Il va falloir plus de recul pour constater une réelle évolution. 

 

L'attrait de la maison avec jardin reste indubitable, mais ne sera possible que si les pouvoirs publics entreprennent un aménagement du territoire. Jusqu’à présent, ce sont surtout les zones urbaines qui ont été privilégiées avec un important déploiement de moyens au détriment des zones rurales où des écoles et commerces ont fermé ces dernières décennies.

 

Il faut ajouter à cela la généralisation du télétravail qui ne concernait que 3% des salariés avant la période de confinement et en touche désormais 30% (et jusqu'à 50% chez les cadres), selon Le Monde. Ces changements sociétaux pourraient avoir un réel impact sur le choix des futures acquisitions immobilières et les critères de recherche.

 

Une partie de la reprise du marché de l’immobilier va aussi dépendre du comportement des banques vis-à-vis des taux d’intérêt et ceux-ci ne risquent pas de s’envoler car ils tiennent compte de l'inflation qui, pour l'instant, n'augmente pas. Pour le moment, le taux d'intérêt moyen reste bas, à 1,16% à la mi-avril, contre 1,14% en mars selon l'Observatoire crédit logement. Il devrait le rester avec le maintien de la politique accommodante de la Banque centrale européenne (BCE). D’ailleurs, cette posture arrangeante de la BCE a été renforcée avec l'apparition de la crise : elle fait tout pour qu'il n'y ait pas de problème de liquidités. Les professionnels de la fiscalité sont confiants et sont certains que les banques vont continuer à soutenir les futurs acquéreurs, elles y ont tout intérêt. Les banques sont prudentes, certes, mais vont continuer à prêter car elles considèrent le crédit immobilier comme central dans leurs relations avec les clients particuliers. La bourse a connu des moments difficiles avec la crise sanitaire, mais l'immobilier reste en revanche une valeur refuge par excellence.

 

En effet, nous ne le répéterons jamais assez : la pierre reste une valeur sûre ! Il n’y aura pas de ralentissement dans l’activité immobilière et les transactions mais un simple décalage des projets immobiliers, à la vente ou à l'achat. Certes, nous avons traversé une période très particulière avec un confinement général de la population et un ralentissement de l’activité économique, et cet inconfort de la situation peut être justement compensé par le besoin de sécurité, de protection ou par la recherche d'une meilleure qualité de vie.

 

Il est encore trop tôt pour parler de la situation avec précision, mais on peut déjà voir une belle reprise des projets immobiliers des Français.